Naruto Infinity Generations
Bienvenue sur Naruto Infinity Generations !

N'attendez plus et rejoignez notre belle, jeune et grandissante communauté. Faite vos choix et changez le destin du monde Shinobi !


Naruto Infinity Generations
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les cours de Ko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kami No Ko

Konoha no Genin
Konoha no Genin
avatar


Messages : 48
Date d'inscription : 29/08/2011

Statistiques Shinobi
Vitalité:
160/160  (160/160)
Chakra:
170/170  (170/170)
Experience:
7/80  (7/80)

MessageSujet: Les cours de Ko    Mer 31 Aoû - 10:07

Cours I : Le Chakra



    Le jour de l'examen Genin se rapprochait de plus en plus chaque jours. Les cours à l'académie devenait de plus en plus dur. Il fallait que l'on connaisse les différentes techniques de bases pour passer au grade supérieur. Aujourd'hui allait avoir lieu le cours de Chakra. Je ne savais pas trop ce que l'on allait faire mais le professeur nous avait dit de nous présenter assez tôt à l'Académie et de prévoir un pique-nique car on allait manger à l'extérieur. Une journée pas comme les autres ce qui allait changer un peu des cours habituels. J'étais plutôt excité de participer à cette classe. L'examen Genin serait pour moi un tournant important dans ma vie et si je veux le réussir je dois bien travailler durant les derniers cours. De plus c'est durant ceux-ci que l'on va apprendre tout ce dont on a besoin pour l'examen final. Mais bon, si je voulais assister à ce cours je devais me lever à l'heure. J'avais complètement oublié de régler mon réveil pour huit heures, il était seulement réglé pour huit heure et demi. Mais heureusement pour moi je pouvais compter sur la personne la plus chère à mon cœur pour me réveiller : ma mère. En effet, lorsqu'elle vit que je n'étais pas levé elle prit un verre d'eau et me le jeta en plein sur la figure. Comme tout le monde dans ma situation, après un cri d'effroi car l'eau était glaciale je sortis de mon lit qui était à présent mouillé. J'essuyais mes yeux, n'étant pas tout à fait réveillé et je vis ma mère plus que furieuse entrain de me crier dessus. Au début je ne comprenais pas trop car j'étais encore un peu dans les vapes mais lorsque je vis l'heure je partis à toute vitesse vers la salle de bain. Tellement vite que je me pris les pieds dans le tapis juste devant la porte et je finis ma route dans la baignoire. Le réveil était plutôt difficile et surtout douloureux mais bon, si je voulais arriver à temps je devais accélérer la cadence. J'enlevais donc mes vêtements pour prendre une bonne douche. Sous l'eau je songeais à beaucoup de choses, notamment au cours d'aujourd'hui. Je frissonnais rien qu'en y pensant, j'étais tellement curieux mais aussi impatient de savoir ce qui nous attendais. Une fois bien lavé, je mis mes habits habituels. Cela me prit quelques minutes de mettre tout les bandages mais au final j'étais près. Je n'avais plus le temps pour prendre un petit déjeuner et heureusement que ma mère avait déjà tout prévu pour le midi. Je pris donc le sac qu'elle avait soigneusement remplis avec de la nourriture puis attrapa une boîte de biscuits. J'allais manger durant le trajet jusqu'à l'académie ce qui allait me permettre d'arriver à l'heure tout en ayant manger.
    Après une bonne dizaine de minutes de marche dans Konoha, je finis par arriver devant le bâtiment qui constitué l'école. Il ne me restait plus que cinq minutes pour entrer dans l'académie et rejoindre la salle de classe. J'avais largement le temps et puis je n'allais surement pas être le dernier à arriver. A toute allure, je poussais la porte de la classe. Les élèves étaient tous assis mais il en manqué, certains avaient du oublier de régler leurs réveils comme moi. Le professeur n'était pas encore arrivé, j'exprimais alors mon enthousiasme :
    « Ouf, je suis pas en retard ! »
    C'est alors que je ressentis une étrange douleur dans le cou. Cela ne faisait pas trop mal, mais c'était bizarre car il n'y avait personne derrière moi. Lorsque je voulus me tourner pour regarder à nouveau la classe, M.Kazuki était là. D'un signe de la main il m'ordonna d'aller m'assoir. Sans broncher j'exécutais son ordre. Cela devait certainement être lui qui m'avait mis une pichenette dans le cou. En tout cas ce qui était sur c'est que les autres en retard ne seront pas accepté dans le cours. Le Sensei prit alors une craie avant de dessiner plusieurs schéma au tableau. Cela avait peu de sens pour moi, il y avait des mots parlant de jutsu, de signe, de force corporelle, etc...Il allait surement nous expliquer ce que cela représentait. Et c'est ce qu'il fit :
    « Comme vous pouvez le voir sur ce schéma, pour exécuter un jutsu il faut allier 3 choses. En premier lieu la force de l'esprit, mais aussi celle du corps. Ajouté à ça un signe et vous pourrez lancer une technique. Mais attention, si vous consommez trop d'énergie corporelle votre corps sera épuisé et si a l'inverse vous consommez trop d'énergie spirituelle vous n'aurez plus assez de chakra car vous l'aurez gaspillé inutilement. Votre 1er exercice du jour consistera à malaxer votre chakra. »
    D'habitude, on ne faisait que parler du chakra et apprendre des cours mais là il fallait passer à la pratique. On avait certes quelques fois pu s'entraîner sur ce sujet mais pas plus de trois fois. En tout cas, ce cours, c'était l'entraînement ultime au chakra, le dernier avant l'examen. Il fallait donc que j'écoute le plus possible, j'avais tout de même seize ans et la plupart des gens de mon âge sont Genins voire Chuunins. Le professeur appela alors un élève à venir sur l'estrade. Il allait devoir faire une démonstration devant tout le monde, du moins s'il en avait la capacité. Le sensei pouvait sentir le chakra, c'était une technique spéciale ce qui lui permettait de savoir si on malaxait bien notre chakra ou non. Cet élève avait intérêt à réussir. M.Kazuki fit tout de même une démonstration en faisant tournoyer son chakra devant nous. C'était vraiment impressionnant, je n'avais jamais vu un chakra prendre une forme particulière jusqu'à maintenant. En tout cas avant d'arriver à ce niveau j'avais du chemin à parcourir. C'était maintenant au tour de l'élève de malaxer son chakra. Ce fut un vrai fiasco, apparemment car le professeur semblait prendre pitié de l'académicien. Il dut retourner à sa place, tout en prenant un air triste. Cette fois-ci le sensei demanda qui voulait venir faire une démonstration. La plupart des autres élèves n'osaient pas, le seul à lever la main et bien c'était moi. Je sortis alors de mon bureau pour descendre les marches et aller sur l'estrade. Malheureusement pour moi l'élève qui avait louper sa prestation me fit un croche patte, apparemment pour que moi aussi je loupe. Je dégringolai les escaliers jusqu'à arriver devant les pieds du sensei qui dans un regard noir me lança :
    « Relève toi et arrête un peu de faire le pitre Ko. Tu as intérêt à réussir à malaxer ton chakra. »
    « Mais Sensei on m'...»
    « Pas de mais, je ne veux rien savoir. Allez monte sur l'estrade et montre nous ce que tu sais faire. »
    A chaque fois c'était pareil, c'était toujours la faute des autres mais c'est moi qui prend à chaque fois. Je ne pouvais rien dire, mais un jour viendra où j'obtiendrais la reconnaissance de tous. Pour y arriver un jour, je ne devais pas louper cet exercice. Cela me permettrait de montrer à M.Kazuki que j'apprends vite et surtout de démontrer aux autres élèves que je ne suis pas un bon à rien. Fermant les yeux, je commençais peu à peu à me concentrer. Je devais malaxer convenablement mon chakra, sans dépenser trop d'énergie spirituelle ou corporelle. Je ne voulais pas me presser, je devais bien prendre mon temps pour ne rien louper. Je sentais le chakra affluer en moi, c'était la première fois que j'arrivais à faire ça. C'est alors que le sensei applaudit, d'ailleurs je ne savais pas trop pourquoi. Apparemment j'avais réussis, enfin je ne savais pas trop jusqu'à qu'il me le dise. J'avais réussi du premier coup l'exercice ! De plus j'étais le seul de la classe à l'avoir bien exécuté. C'est alors que M.Kazuki frappa dans ses mains. Tout les élèves vinrent sur l'estrade. Il nous conduisit dehors tout en prenant le tableau avec lui, heureusement qu'il était sur des roulettes. C'était surement pour ça qu'il voulait qu'on prenne un pique-nique, après tout on ne tenait pas tous sur l'estrade et puis là on était en plein air et les cours comme ça sont plus attrayant. Pendant une bonne trentaine de minutes les élèves durent malaxer leurs chakras. Bien que j'avais réussi, je voulais tout de même continuer pour m'habituer à le faire. Alors que nous étions quasiment tous concentré, la sonnerie retentit. C'était dix heures, l'heure de la récrée. Mais le professeur ferma la porte avant qu'un des élèves réussissent à sortir.
    « Le cours d'aujourd'hui est long et difficile. Si vous voulez passer avec succès votre examen Genin, vous devez rester. Le deuxième exercice va d'ailleurs commencer et pour ce faire nous aurons besoin que vous formez des groupes de deux. »
    Comme à chaque fois lorsqu'on forme des groupes, je me retrouve seul. A vrai dire, dans une classe avec un nombre impair d'élèves il y en avait toujours un à l'écart. Et pour la énième fois c'était moi. Mais cette fois-ci, cela tournait à mon avantage car si je n'étais avec aucun élève le professeur m'ordonna de me mettre avec lui. Au moins je pourrais mieux apprendre. Sensei me demanda alors de l'aider pour la démonstration. En effet, il me dit juste ce mot : « Bloque. ». Je ne savais pas trop pourquoi mais je devais me défendre. Lorsque je le vis arriver sur moi, poing en avant, je positionnais mes bras de façon à me protéger. Le coup qu'il me porta fut d'une puissance anormale. Tellement qu'il me fit reculer. C'était impressionnant, comme pouvait-il avoir cette force ? Et encore il avait du se retenir car je suis un élève. C'est alors qu'il prit la parole :
    « Ceci n'est pas un coup normal. J'ai canalisé mon chakra dans mon poing pour donner plus de force au coup. Le deuxième exercice consistera à concentrer son chakra en un point précis du corps. Par exemple le poing ou le pied. »
    En faite, cet exercice était un peu comme le premier. Il fallait malaxer le chakra mais aussi le concentrer en un point du corps. Cela ne semblait pas si difficile que ça et puis après tout j'avais réussi le premier exercice en un seul passage. De plus j'avais le sensei avec moi, encore une fois je n'avais pas droit à l'erreur. Comme tout à l'heure, je fermais mes yeux pour pouvoir mieux me concentrer. Je fis abstraction des autres élèves, je fis le vide complet jusqu'à que je malaxe mon chakra. Une fois ceci fait, j'essayais de le canaliser dans mon poing. Pensant avoir réussi, je m'élançai sur le sensei pour le frapper avec mon poing. Il n'eut besoin que d'une main pour bloquer mon coup. Il était vraiment impressionnant. Tout a l'heure il m'avait fait reculer tellement que son coup était puissant et là le mien se fait arrêter en quelques secondes. Vraiment humiliant mais bon, il n'a vraiment pas le même niveau que moi. C'est alors que je le vis pour la première fois sourire. A vrai dire je ne savais pas trop s'il se moquait ou s'il voulait être gentil.
    « Ne te vexe pas, tu as réussi à canaliser ton chakra dans ton poing c'est juste qu'à mon niveau c'est normal que cela ne m'a rien fait. »
    Poing levé, je sautillais de joie une nouvelle fois. Mais bon je ne devais pas me réjouir trop tôt. Je l'avais certes réussis mais peut-être que la deuxième fois sera plus mauvaise. Je continuais donc de m'entraîner avec M.Kazuki qui cette fois-ci se mit à rendre quelques coups. Le petit exercice s'était transformé en un petit combat d'entraînement pour moi et d'ailleurs c'était largement mieux. Faut croire que je commence bien à l'aimer ce professeur. C'est alors que la cloche retentit. C'était l'heure à laquelle les académiciens rentrent chez eux, mais pas pour nous. Chacun sorti son pique-nique pour le manger tranquillement dans l'herbe. Certains se rafraichirent avec l'eau du petit étang tandis que d'autres n'étaient attiré que par une chose : manger. C'était d'ailleurs mon cas. Ma mère savait très bien que j'avais un véritable appétit de loup et elle m'avait préparé deux sandwich et avait mis deux boîtes de ramens. Bien que j'avais plus à manger que la plupart des autres aspirants ninjas je finis de manger avant eux. L'envie de reprendre le cours me submergeait. Mais je devais attendre tout le monde. Je m'allongeais donc dans l'herbe, histoire de faire une petite sieste le temps qu'ils finissent tous de manger. Malheureusement je n'eus le temps de m'endormir que le cours devait déjà reprendre. On était les seuls encore dans l'académie et surtout les seuls à reprendre les cours avant une heure. Le sensei se plaça alors devant un arbre près de l'étang et s'élança vers celui-ci. C'est alors qu'il se fait à marcher sur l'arbre, rien de très inhabituel sauf qu'il marchait dessus à la verticale. C'était vraiment impressionnant et mon grand-père m'avait déjà parlé de cette technique, le Konobori.
    « Pour ce troisième exercice on passe à la pratique. Appliquez les ce qu'on a appris ce matin. Malaxez votre chakra et canalisez le dans vos pieds pour pouvoir marcher sur l'arbre. Il y a assez d'arbres pour chacun je pense et puis vous pouvez être plusieurs sur le même, chacun d'un côté. »
    En tout cas une chose était sure, c'est que cette après-midi allez être encore plus rûde que la matinée que l'on venait de passer. Là ce n'était plus du tout un simple exercice, on passait carrément à la pratique. En plus il fallait connaître cette technique pour l'examen. Sans plus attendre je me mis à côté d'un arbre. C'était à peu près pareil que l'exercice d'avant à la différence qu'il faut continuellement envoyer le chakra dans les pieds pour pouvoir rester maintenu à l'arbre. Une fois face à l'arbre, je me concentrais. Si je réussissais du premier coup cela allait être un sans faute pour moi aujourd'hui, mais ce serait trop beau pour être vrai. En tout cas je pouvais peut-être espérer y arriver. Sur de moi, je fonçais sur l'arbre. Après avoir posé un pied, j'hésitais à enlever le deuxième qui me retenait au sol mais il fallait que je me lance. Lorsque je voulus poser mon second pied sur l'arbre, je me retrouvais au sol. Cette tentative n'était vraiment pas réussi. Certains se moquèrent de moi mais je n'y faisais pas attention car eux aussi ils étaient tombés et pour le moment personne n'avait réussi. Je m'y repris à mainte reprise mais à chaque fois c'était toujours le même résultat bien que j'avais l'impression de progresser de plus en plus. Avant de m'élancer une nouvelle fois, j'expirais et inspirais lentement. Mon énergie spirituelle était entrain de se mélanger à mon énergie corporelle pour me fournir du chakra. Une fois ceci fait, je le canalisais dans mes deux pieds, en part égale. Lorsque je m'élançai sur l'arbre, je restais fixé à celui-ci. Je pus marcher à la verticale jusqu'au sommet. Certes je n'avais pas réussi du premier coup mais après une multitude d'essai j'y étais enfin arrivé. Comme quoi il faut persévérer. Heureux d'avoir réussi cette épreuve, je la refis comme pour les précédentes. La réussir une fois ne m'assurait pas de savoir la contrôler parfaitement. Je m'exerçais à la reproduire jusqu'à que tout le monde la réussisse ou plutôt jusqu'à que le professeur décide de passer à un second exercice. Cette fois-ci le sensei s'approcha du lac. Lorsqu'il posa son pied au dessus, tout le monde s'exclama en pensant qu'il allait finir trempé. Mais encore une fois il nous surprit en marchant sur l'eau. C'était encore plus impressionnant que le coup de l'arbre.
    « Cette technique s'appelle Suimen Honkou no Gyou. Elle est similaire au Konobori sauf qu'ici vous marchez sur une surface qui n'est pas solide ce qui complique la tâche. Je vous laisse donc vous exercez sur l'eau de ce lac. »
    Le seul problème pour apprendre cette technique c'est que dans tout les cas on finit trempe. A moins de réussir du premier coup, ce qui fait de vous un génie, vous êtes obligé de couler au moins une fois. De plus il faut canaliser la quantité suffisante de chakra dans la plante de ses pieds pour nous maintenant à la surface. Si on n'en utilise pas assez on coule et si on en utilise trop on en gaspille. Là est la difficulté. Avant d'essayer, je pris ma veste et mon pantalon pour les mettre sur l'herbe. Je n'avais vraiment pas envie de les mouiller. Je me retrouvais donc en caleçon, je pris même le soin d'enlever mes bandages sinon ils allaient me serrer. J'étais à présent près pour me jeter à l'eau, dans tout les sens du terme. Je fus le premier à essayer mais aussi le premier à rater. A vouloir me précipiter pour montrer l'exemple à tout le monde je finis complètement trempe surtout que l'eau est froide. Plus le temps passait et plus on avait l'impression que ce cours était un espèce de concours de plongeon. Personne ne réussissait. C'était une vraie catastrophe. Certains réussissaient tout de même à flotter mais ils n'avaient par exemple que leur tête qui dépassait de l'eau. Ce fut mon cas mais je me rapprochais de plus en plus du but. L'eau m'arrivait à présent au niveau des cuisses, non pas que j'avais pied mais parce que je n'envoyais pas assez de chakra. Je devais en être au dizième essai, comme tout le monde. Mais cette fois-ci allait être la bonne. Je savais maintenant à peu près doser le chakra dans la plante de mes pieds et si cet essai ne serait pas le dernier le suivant le serait surement. Cette fois-ci je pris mon temps avant de me précipiter. De plus j'étais fatigué, on avait passé tout la journée à utiliser notre chakra et on devait tous être à bout. Mais je ne devais pas abandonner car je touchais l'objectif du bout des doigts. C'est alors que je posais mon pied sur l'eau. J'avais l'impression de marcher sur un sol tangible. Je fis un pas, puis deux et je remarquais que j'étais stable. Je ne coulais pas, tout était parfait. Tellement réjouis d'avoir réussi, je fis un saut en exprimant ma joie :
    « J'ai enfin réussi ! »
    J'étais tellement heureux que je relâchai mon attention et lorsque mon saut fut fini je fis une nouvelle fois une petite baignade. En tout cas cette journée avait été pleine de bonne choses, je connaissais d’ores et déjà deux techniques de bases. La fin du cours se passa bien, en attendant que les autres réussissent je me reposais car j'avais usé de quasiment tout mon chakra. Certains abandonnèrent même cet exercice tellement qu'ils étaient à bout de force. Dès que je fus rentré chez moi je m'allongeai sur le canapé pour dormir quasiment toute la soirée jusqu'au dîner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kami No Ko

Konoha no Genin
Konoha no Genin
avatar


Messages : 48
Date d'inscription : 29/08/2011

Statistiques Shinobi
Vitalité:
160/160  (160/160)
Chakra:
170/170  (170/170)
Experience:
7/80  (7/80)

MessageSujet: Re: Les cours de Ko    Jeu 1 Sep - 9:44

Cours II : Techniques Communes


Le cours d'hier avait été une totale réussite. J'avais réussi les trois exercices proposés par le professeur. J'étais plutôt fier de moi, car je connaissais déjà deux techniques communes qu'il fallait apprendre pour l'examen Genin. D'ailleurs le jour de cet examen ce rapprochait de plus en plus. En comptant aujourd'hui, il ne restait plus que deux cours avant de passer devant le corps enseignant de l'académie pour savoir si l'on pouvait monté au grade supérieur. De toute façon je n'avais pas d'inquiétude à me faire, le taux de réussite à cet examen est très élevé. Peu de personnes restent Académiciens une année supplémentaire, donc pourquoi cela arriverait à moi ? Et puis après tout si à seize ans je n'arrivais pas à passer cet examen je pouvais arrêter la voie du ninja pour faire artisan. En plus M.Kazuki nous avait promis un cours aussi intéressant qu'hier voire encore plus. Il nous avait encore demandé d'arriver un peu plus tôt et cette fois-ci j'avais bien réglé mon réveil, je n'avais pas envie de me reprendre à nouveau un verre d'eau en plein dans la tête. D'ailleurs celui-ci se mit à sonner. La tête dans l'oreiller, je sortis ma main de dessous les draps pour frapper à plusieurs reprises la table de chevet jusqu'à atteindre le réveil mais surtout le bouton "stop". Le réveil était toujours dur, qui plus est lorsqu'il est sept heures du matin. Bien que motivé par les propos du sensei, je n'avais vraiment pas envie de me lever. Le cours d'hier m'avait épuisé et si celui d'aujourd'hui était aussi intense j'aurais vraiment du mal à tenir debout. Mais bon, pour devenir un véritable ninja il faut souffrir. Prenant mon courage à deux mains, et surtout ma couverture, je la fis valser au bord du lit. Après m'être frotté les yeux pour m'assurer de bien et bel être réveillé, je partis vers la cuisine pour manger quelques choses. J'espérais avoir un meilleur petit déjeuner qu'hier. Ma mère avait déjà tout préparé : bol de lait, verre de jus d'orange, biscuits. Heureusement qu'elle était là, car je ne savais pas trop faire la cuisine. Après avoir mangé tout ça en une dizaine de minutes, ce qui est vraiment long pour moi, je partis à la salle de bain histoire de prendre une bonne douche. Rien de mieux pour se rafraîchir et entamé une belle journée. Une fois bien propre, je mis mes bandages puis mes vêtements. Comme chaque matin, en attachant mon collier à mon cou je l'embrassai tout en pensant à mon père. Je ne l'avais pas connu mais d'après ma mère il était aussi vaillant qu'un héros. J'aurais aimé le connaître, il aurait pu m'apprendre à me battre, à maîtriser mon chakra. Si c'était le cas j'aurais eu une certaines avance à l'académie mais là je devrais me débrouiller seul et apprendre les dures lois de la vie sans personne à mes côtés. Il y avait certes ma mère mais elle était la plupart du temps en mission, le seul moment durant lequel je pouvais la voir était le matin. Il y avait aussi mon grand-père mais à cause de sa boutique il n'avait pas trop le temps de s'occuper de moi. Comme à chaque fois, je partis seul à l'académie, mon sac sur le dos. En effet, notre sensei nous avait encore dit d'amener un pique-nique. Le cours allait surement se passer à l'extérieur, tout comme hier. J'avais le temps avant d'aller à l'école, je pris donc le trajet le plus long. Je traversais les différentes rues du villages, admirant les différents étalages qu'il pouvait y avoir. Je m'arrêtais un moment devant la stèle des héros du village, celle où était inscrit les vaillants combattants ayant péris en protégeant le village. Il y avait le nom de mon père inscrit dessus. Après quelques minutes à imaginer à quoi il pouvait ressembler, je repris le chemin de l'académie.

Après une bonne quinzaine de minutes, je finis par enfin arriver devant l'Académie. Cette fois-ci je n'étais pas en retard, je devais même être dans les premiers. Cela me permettrait de m'assoir devant si le début du cours se passait à l'intérieur, comme ça il n'y aura aucun incident comme hier. Lorsque j'ouvris la porte, il n'y avait seulement que deux élèves qui avaient déjà pris place. Sans aucun mot, je m'assis au premier rang. Au fil que le temps passait, la salle se remplissait de plus en plus. Il y avait un peu plus de monde qu'hier, ils avaient cette fois-ci tous réglé leurs réveils à l'heure apparemment. Pile au moment où la sonnerie retentit, le professeur fit son entrée dans la pièce. Ni en avance, ni en retard, il arrivait toujours pile à l'heure. Il fut à peine entré dans la salle qu'il nous demanda de sortir. A la différence d'hier il ne prit pas le tableau avec lui, cela voulait dire qu'aujourd'hui encore on n'allait travailler la pratique. Sans plus attendre, il se mit en face de nous et composa des signes qui nous étaient inconnus. Après l'apparition d'un léger nuage de fumée, on pu distinguer trois M.Kazuki. Comme s'il s'était dédoublé.

« Cette technique est le Bunshin no Jutsu. Elle consiste à créer des clones intangibles de sois-même, une sorte d'illusion. Pour ce faire vous devez canaliser votre chakra comme hier et le relâcher hors de vous pour créer un clone. »

Vraiment impressionnant de pouvoir créer des clones de soit-même. Vivement que je connaisse cette technique. Bien que ce ne soit que des illusions cela peut tout de même servir de connaître cette technique, ne serait-ce que pour faire une feinte par exemple. Mais la méthode pour l’exécuter était assez compliquée, surtout comme le professeur nous l'a formulé. Je n'avais plus qu'à essayer encore et encore jusqu'à réussir parfaitement ce justu qui serait le troisième que j'aurais appris. J'avais hâte de le montrer à ma mère qui serait surement fier de moi. N'attendant plus une seule seconde je fus le premier à essayer, comme d'habitude. Je pris le temps de bien me concentrer et de visualiser dans ma tête mon image. Il fallait en quelques sortes la projeter à travers notre chakra ou quelques choses comme ça d'après ce que j'avais compris. Après un léger nuage de fumée, similaire à celui du sensei, une seconde silhouette apparut sous les yeux ébahis des autres élèves. J'étais content de moi, du moins au début. Car en effet, le clone s'écroula par terre dès qu'il fit son apparition. Il était blanc, comme s'il était malade. Mais bon, il fallait un début à tout. Je n'eus même pas à le faire disparaître car au bout d'une dizaine de secondes il s'évapora. Après cette démonstration à moitié réussi, tout les autres élèves se mirent au travail. Certains en étaient au même stade que moi tandis que d'autre n'était même pas capable de faire apparaître le clone. Mais une chose était sûre : je devais réussir au moins au bout de trois essais. Je n'avais pas l'intention de faire comme hier à gâcher tout mon chakra pour rien. Le deuxième essai fut plus concluant que le premier. Le clone tenait cette fois-ci debout mais je ne pu le maintenir plus de quinze secondes. En tout cas je me rapprochais encore plus du but. La troisième fois sera surement la bonne. Après une bonne minute de concentration, je relâchai le chakra que j'avais malaxé autour de moi. C'est alors qu'une copie de moi fut crée, et après une trentaine de secondes elle n'était toujours pas disparue. C'est alors que je décidais de la tester. Mon double s'approcha alors d'un autre élève que je n'appréciais pas particulièrement. Tendis que mon clone attirait son attention, je me faufilais dans son dos pour extirper de sa sacoche un kunai. Après tout, pour l'examen il faut savoir les manier et celui-là me permettra de m'entraîner. Comme si rien n'était, je m'écartais cachant l'objet de ma fouille dans mon sac alors que mon clone disparut laissant perplexe le jeune aspirant ninja. Une bonne demie-heure passa jusqu'à que M.Kazuki nous fasse passer au second exercice, le temps que tout le monde puisse réussir le Bunshin. Il demanda alors à un élève de lui lancer un projectile. Celui-ci prit alors un shuriken et l'envoya sur le sensei. Lorsque le shuriken le toucha, il prit la force d'un tronc. Du moins c'est ce que tout le monde croyait jusqu'à qu'on remarque qu'il était derrière nous. Et après cette démonstration, il prit l'apparence de Maître Tsunade, alias l'Hokage cinquième du nom. Il nous parla tout en gardant cette forme :

« La première technique se nomme Kawarimi No jutsu. Elle consiste à permuter son corps avec un objet pour esquiver une attaque. La seconde technique est le Henge qui comme vous aurez pu le remarquer permet de prendre la forme d'un animal, d'un objet, etc...Mettez vous au travail maintenant ! »

Cette fois-ci il ne fallait pas réaliser une technique mais deux. Et pour la première, c'est-à-dire le Kawarimi il fallait se mettre deux par deux. Et comme hier je me retrouvais avec le professeur puisque personne ne voulait se mettre avec moi. De toute façon cela ne me dérange pas c'était même mieux d'ailleurs. Alors que j'étais entrain de me concentrer pour réussir la technique, puisque si je n'y arrivais pas le shuriken allait se planter sur moi, un élève s'écria. Tout le monde se tourna vers lui, en faite il était fou de joie car il avait réussi à exécuter la technique. A peine cinq minutes que l'on devait faire cet exercice qu'une personne avait déjà réussi, et en plus ce n'était pas moi. Ce n'était pas certes une course mais j'aimais bien montrer que je savais travailler. C'était donc à moi à présent de ne pas louper cette technique. Alors qu'un shuriken arrivait vers moi, je composai les mudras du Kawarimi. C'est alors que je ne sentis rien à part quelques choses de froid. Ce n'était pas le shuriken mais une substance liquide. En effet, je m'étais permuté avec un rocher sauf que celui-ci était près de l'eau. Je finis donc une nouvelle fois trempé, mais je pouvais tout de même être fier. Certes j'avais légèrement loupé la permutation mais j'avais compris le principe. Je pouvais donc à présent passer à la seconde technique qui ne nécessite pas d'être en groupe. Alors que je passais au Henge, certains avaient déjà finis l'exercice. J'avais été certes le deuxième à réussir le kawarimi mais le temps que je sorte de l'eau et que je me sèche d'autres avaient eut le temps de finir. Je devais donc faire au plus vite avant que le professeur nous fasse changer de technique. Je comptais prendre sa forme d'ailleurs. Tout en me concentrant je me visionnais son image dans ma tête. Si je voulais lui ressembler il fallait que je l'étudie parfaitement. Lorsque ce fut fait, je tentai de prendre son apparence. Cela semblait plutôt concluant jusqu'à qu'il me dise :

« Pas mal mais mes yeux ne sont pas marrons et ma veste n'est pas bleu. D'ailleurs il manque un bouton à ma veste. Ré-essaye. »

Il était vraiment sévère, car la seule chose que j'avais loupé été au niveau des habits. Ce qui comptait c'est que j'avais réussi à imiter son physique bien que je me suis trompé pour la couleur des yeux. En tout cas j'étais vraiment proche du résultat final attendu. Alors que j'allais tenté une seconde fois de réaliser le Henge, le sensei tapa dans ses mains pour qu'on s'approche de lui et qu'il puisse nous montrer le prochain exercice. Le problème étant que la sonnerie indiqua l'heure du déjeuner. Il nous laissa alors une heure pour manger, ce qui était largement trop long pour moi. Lorsque j'eus finis de manger, je pus m'exercer tranquillement au Henge jusqu'à le réussir. Cette pose déjeuner m'avait permis de finaliser cette technique que je maîtrise à présent. C'était la cinquième technique que j'avais appris en deux jours. Le rythme avait vraiment évolué car tout au long de l'année on avait fait que de la théorie et là en deux cours on avait réalisé tellement de choses. Cela me tardait vraiment d'être Genin, de pouvoir faire des missions, de travailler en équipe. Rien que d'y penser cela me donner le sourire aux lèvres. Une fois que tout le monde eut finis de manger le cours pouvait enfin reprendre. Le professeur sortit alors de son sac une corde qu'il tendit vers moi. Il me demanda alors de lui attacher les mains et de serrer le plus possible. C'est ce que je fis, mais je me demandais bien pourquoi je devais faire ça. C'est alors qu'après quelques secondes, le sensei réussit à s'extirper des liens. Au début je croyais que j'avais mal serré mais les liens étaient tranchés. Cela voulait dire que c'était lui qui les avait brisé.

« Le dernier exercice d'aujourd'hui est constitué en deux étapes. La première le Nawanuke qui comme vous avez pu le voir permet de se défaire des liens qui vous maintiennent prisonnier. La deuxième technique je ne peux vous la montrer car aucun des élèves ici ne connait de Genjutsu car ce deuxième jutsu permet de se défaire d'une illusion en brisant les liens reliant l'esprit du lanceur du Genjutsu au votre. »

Pour que l'on puisse s'exercer au Nawanuke, M.Kazuki sortit de son sac une multitude de cordes qu'il distribua à tout les élèves. Une nouvelle fois il fallait se mettre deux par deux, et pour ne pas changer c'est le professeur qui m'attacha avec la corde. Je devais donc réussir à m'extirper des liens qu'il avait lui même serré. En tout cas j'espérais qu'il n'avait pas utilisé une technique pour que je ne puisse pas m'en défaire ou quelques choses dans le genre. Au début je me tortillais dans tout les sens pour voir si je ne pouvais pas briser les liens juste en bougeant mais il fallait avoir recours à cette technique, le sensei n'était pas si dupe que ça. Je me calmais alors pour pouvoir mieux me concentrer. Une fois le chakra bien concentré mes poings, je décidais de le relâcher pour dénouer les liens. Et cela marcha parfaitement. La corde se desserra et je pus bouger mes bras à nouveau. Encore une technique de plus ajouté à mon panel. Mais la seconde technique allait être plus difficile que prévu. Déjà, il fallait que tout le monde travaille avec le sensei puisqu'il était le seul à pouvoir lancer des Genjutsus. Comme j'étais avec lui, et qu'aucun autre élève n'avait réussi la première technique je pus déjà entamer la deuxième étape de cet exercice. Je me remémorais les consignes qu'il avait donné tout à l'heure. Il faut tenter de visualiser les liens qui unissent le lanceur du Genjutsu à celui qui le reçoit, c'est-à-dire moi et les briser avec le Kai. Lorsqu'il fit des signes, l'univers autour de moi se mit à devenir sombre. Tout les élèves s'évaporèrent dans l'air comme de la fumée. J'étais plutôt choqué et encore plus lorsque je vis mon bras se décomposer. J'avais tellement l'impression que c'était réel mais je savais pertinemment que c'était un illusion. Je ne devais donc pas y croire et tenter de la briser. Je me concentrai pour essayer de percevoir les liens de l'illusion. J'avais beau chercher au plus profond de moi je ne les trouvais pas. Puis tout d'un coup tout redevint normal, et le sensei me dit :

« Repose-toi quelques minutes le temps que tu oublie cette illusion en attendait je vais voir d'autres élèves. »

Il avait très bien compris que je ne supportais plus l'illusion et que je commençais à faiblir. En tout cas c'était vraiment réel. Il fallait à tout prix que je réussisse à apprendre cette technique, elle me servirait beaucoup. Je m'assis près de l'étang et pris de l'eau dans mes mains pour rafraîchir mon visage. Je pus me reposer un peu histoire de reprendre des forces. Le sensei avait déjà testé trois autres élèves qui avaient eux aussi louper la technique. Il revint alors vers moi puisque la plupart était encore entrain d'essayer de réussir le Nawanuke. Cette fois-ci j'étais fin près pour accomplir avec succès ce jutsu. M.Kazuki lança alors son genjutsu. C'était exactement le même que tout à l'heure. Cette fois-ci je ne tombai pas dans le piège et fit abstraction de ce qui se passer tout autour. Alors que j'étais dans mon esprit, je réussis à percevoir quelques choses. Je voyais mon sensei et moi, comme si on était relié. En concentrant mon chakra, je pus briser les liens. Lorsque j'ouvris les yeux, le monde autour de moi était redevenu normal. J'avais certes réussis mais j'étais fatigué. Cette journée et celle d'hier, j'étais épuisé. Avec toutes les techniques que j'avais appris aujourd'hui j'avais utilisé beaucoup de chakra. Je dis alors au professeur :

« Je crois que je vais rentrer chez moi. Je suis fatigué et puis vous avez encore une vingtaine d'élèves à illusionner et sa va durer jusqu'à la fin du cours. »

Il se contenta d'acquiescer pour me donner son autorisation. Je pris alors mon sac, dans lequel se trouvait le kunai que j'avais piqué à un des aspirants ninjas de la classe. Je comptais m'entraîner un peu avec avant de lui rendre un autre jour. Comme hier, une fois chez moi je m'écroulais sur le canapé en attendant le dîner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kami No Ko

Konoha no Genin
Konoha no Genin
avatar


Messages : 48
Date d'inscription : 29/08/2011

Statistiques Shinobi
Vitalité:
160/160  (160/160)
Chakra:
170/170  (170/170)
Experience:
7/80  (7/80)

MessageSujet: Re: Les cours de Ko    Jeu 1 Sep - 15:28

Cours III : Maniements des armes


Aujourd'hui allait avoir lieu le dernier cours avant l'examen Genin. Cette fois-ci notre sensei ne nous avez pas demandé de venir plus tôt mais en revanche il fallait toujours amener un pique-nique. Cela signifiait deux choses : le cours allait encore être à l'extérieur et il allait être moins long que d'habitude. Et puisqu'il ne restait plus qu'un point que l'on n'avait pas encore abordé, c'était sur celui-ci que le cours allait avoir lieu : le maniement des armes. Savoir lancer un shuriken sur une cible, utiliser un kunai pour parer des coups ou encore pour l'envoyer sur l'adversaire. J'étais plutôt fort en matière de précision donc je ne stressais pas trop à l'idée de participer à ce cours. Et puis hier soir avant d'aller me coucher je m'étais un peu entraîner avec le kunai que j'avais dérobé à un de mes camarades. Et puis c'est le seul cours que j'avais abordé avec mon grand-père. Il ne m'avait pas initié au ninjutsu mais plutôt au corps à corps pour que je puisse me défendre mais aussi aux armes de jets. Je savais donc à peu près lancer un kunai sur un point précis, peut-être pas du premier coup mais le principal était que je savais me servir de tout ça. Le cours d'aujourd'hui allait, pour moi, seulement renfoncer mes connaissances dans ce domaine. Comme les deux précédents cours j'étais extrêmement impatients de participer à celui-ci. L'examen approchait à grand pas, il devrait avoir lieu dans deux jours et tout les aspirants ninjas devaient être près. On était déjà censé savoir toutes les techniques communes et la seule chose qu'il nous manque pour passer l'examen est le maniement des armes. Avec ce cours, tout le monde aura des chances de réussir le passage au grade supérieur. Alors que je dormais tranquillement, car aujourd'hui le cours était à neuf heures et non pas à huit heures, je ressentis une sensation désagréable. En effet, j'étais complètement mouillé. Lorsque j'ouvris les yeux, plus qu'énervé je vis ma mère avec un saut à la main. Cela devait surement être elle qui m'avait réveillé le problème étant que le cours n'était que dans deux heures.

« Mamaaaaaan !!! Cette fois-ci y a pas cours à huit heures mais à neuf heures...Pourquoi tu m'as réveillé alors qu'il est que sept heures ?! »

« Oooups mon chérie désolé ! Rendors-toi alors. »

Franchement, pour une fois que j'avais la chance de pouvoir me lever plus tard et bien non, je devais quand même me lever tôt. Et puis je ne pouvais pas me rendormir puisque j'étais totalement trempe, j'étais donc obligé de me lever maintenant. Une fois en dehors du lit je désactivais le réveil qui n'avait maintenant plus besoin d'être utilisé. Je partis à la salle de bain pour prendre une douche chaude puisque cette eau m'avait complétement refroidi. Pour une fois qu'une journée s'annonçait plutôt bonne il fallait qu'un imprévu arrive. Après m'être bien réchauffé et m'être habillé avec ma tenue habituelle et mes bandages, je pris la direction de la cuisine pour prendre mon petit déjeuner. Il y avait tout ce qu'il fallait, et cette fois-ci je pris tout mon temps pour manger puisque j'avais quasiment deux heures de libres avant d'aller à l'Académie. Mais bon, après tout autant en profiter. Je partis donc dans Konoha pour faire un petit footing matinal histoire de m'échauffer un peu. Je fis à plusieurs reprises le tour du village en passant devant l'académie qui était encore fermée. Après une trentaine de minutes à sauter de toits en toits et à courir partout, je m'arrêtais devant l'école. Je fis le tour pour aller au terrain d'entraînement qui se trouvait juste derrière. Là je pouvais m'entraîner tranquillement tout en attendre le professeur et les autres élèves. En attendant je pouvais m'entraîner sur les cibles à l'aide du Kunai que j'avais dérobé la veille à un camarade. Mais si je m'entraînais maintenant, je n'aurais pas le conseil du sensei et puis dès le premier essai je toucherais la cible du premier coup. Il valait mieux donc que je m'abstienne et qu'en attendant je fasse quelques abdos, des pompes et autres exercices pour être en pleine forme. D'habitude je n'étais pas aussi enthousiaste mais là l'examen Genin me remontait le moral. Lors de l'ouverture de l'académie, soit un quart d'heure avant le début du cours, je me mis dans la salle, attendant les autres élèves. Alors que je venais à peine de m'assoir M.Kazuki entra à son tour.

« Tiens, tu es déjà là Ko ? Je vais prendre mon petit déjeuner et je reviens. »


Je n'eus même pas le temps de répondre qu'il était déjà sortis de la pièce. Vraiment bizarre ce professeur, mais plutôt sympathique. N'ayant rien à faire à part révasser, je mis mes pieds sur la table histoire de pouvoir faire une petite sieste avant l'arrivée des autres. Après dix minutes de repos, le sensei fit son retour dans la salle mais celui-ci fut bref. Il prit dans son sac différentes cibles pour les disposer dehors en plus de celles qu'il y avait. Celles-là semblaient pouvoir bouger puisqu'elles étaient sur une sorte de rail. En tout cas je ne préférais pas poser de questions et attendis le vrai début du cours pour être attentif. Une fois chaque élève installé, le professeur fit son petit discours :

« Aujourd'hui nous allons travailler le maniement d'armes. Pour ce faire j'ai mis à votre disposition divers kunais et shurikens. Suivez-moi dehors et le cours pourra commencer. »


Tout les élèves se ruèrent dehors. Il y avait un sac remplis d'armes de jets et une multitude de cibles en face de nous. Bien sur elles étaient toutes écartées pour que chacun ai son espace personnel. Pour le moment seul le sac de shurikens était ouvert, cela devait surement être le premier exercice. J'en pris alors trois avant de m'écarter du groupe pour me mettre en face d'une cible. Je disposais alors un shuriken entre deux de mes doigts. Je visualisais alors la cible dans ma tête. Après m'être concentré, je lançai l'arme en direction de la cible. Le shuriken se planta dessus, certes il n'était pas en plein dans le centre mais il y était presque. J'enchaînais ensuite avec les deux autres shurikens. Un était en plein milieu et l'autre était au niveau du premier. C'était un bon début. Une fois les shurikens en ma possession, je ré-itérais la même action que précédemment jusqu'à mettre les trois armes dans le centre. C'était une tâche plutôt aisée mais je finis tout de même par y parvenir. C'était pas mal mais j'étais loin des professionnels qui arrivaient à toucher une cible derrière un obstacle. Par la suite je récupérais deux kunais tout en gardant mes shurikens. C'était à peu près le même principe sauf qu'il ne se lançait pas de la même façon. Alors que je m'entraînais tranquillement, le sensei partit décrocher un de mes kunais. Une fois qu'il fut en face de moi, il me dit :

« Le kunai n'est pas qu'une simple arme de jet. Elle permet aussi de se défendre et d'attaquer au corps à corps. C'est le deuxième exercice. Défends-toi et riposte si tu le peux. »

Il tenta alors de me faire une entaille au ventre. Mais après avoir entendu ses paroles je bloquais son coup grâce au kunai qu'il me restait. C'était plutôt facile car l'arme est un peu comme le prolongement du corps. Bien qu'à plusieurs reprises le sensei pouvait m'achever, je commençais tout de même à bien manier les armes. Certes je n'étais pas aussi bon qu'au Ninjutsu mais c'était un bon début. De plus avec le professeur qui me guidait dans mes gestes je comprenais plus facilement comment il fallait faire. Il me disait où il allait attaquer et je devais me contenter de bloquer le coup. On sait peut-être d'où il arrive mais si on ne suit pas le rythme le coup peut nous être fatal. Après quelques minutes à entrechoquer nos lames, le sensei me rendit mon kunai pour que je continue à m'entraîner sur la cible. Tout en me le rendant il avait un léger sourire au coin de la lèvre. Je ne savais pas ce que cela signifiait mais une chose était sure : j'étais enfin près pour l'examen Genin. Le reste de la matinée fut consacrée à d'autres sortes d'armes telles que les katanas mais tout le monde n'était pas maître dans le maniement des armes. En tout cas je ne voulais pas en devenir un car j'avais déjà choisis ma voix : être un maître dans l'art du Ninjutsu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Les cours de Ko    

Revenir en haut Aller en bas
 

Les cours de Ko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Cours de géopolitique
» Reprise des cours
» C.R : test d'un cours de mma
» mon 416 trial/boulo en cours de fabrication
» Ca vous intérresse cours de spectacle equestres et espagnol
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Infinity Generations :: « Hi no Kuni » :: « Konohagakure no Sato » :: ACADÉMIES SHINOBIS :: ACADÉMIE MILITAIRE-